et alors jeunesse
Lire à Rio de Janeiro

Lire à Rio de Janeiro

De nombreuses initiatives autour du livre à Rio de Janeiro – certaines installées de longue date comme le Salon du livre de jeunesse organisé par la FNLIJ depuis 1999, d’autres très récentes comme le Festival Flupp créé en 2012 – révèlent la soif de littérature des jeunes Brésiliens. Dans un pays où la musique est le premier bien culturel, les livres ont longtemps fait figure de parents pauvres, accessibles seulement aux catégories aisées et éduquées.

Les choses changent très vite en ce moment. Un peu, beaucoup, passionnément, avec notamment un enthousiasme palpable pour l’écrit. Cela peut sembler brosser du Brésil une image d’Épinal. Et comment donner tort aux Brésiliens qui voient le verre à moitié vide ? 14 millions d’analphabètes, c’est beaucoup. 3 200 librairies pour 190 millions d’habitants, c’est très peu. Et pourtant, sur place, le sentiment que tout est possible et que tout est à conquérir l’emporte. D’ailleurs, les autorités de Rio qui ont longtemps délaissé la lecture publique ne s’y trompent pas : elles rouvrent les bibliothèques, et en le faisant de manière originale, nous conduisent à réfléchir à nos propres pratiques.

1. Des manifestations littéraires

Le Salon FNLIJ

C’est à l’invitation conjointe d’Elisabeth Serra, directrice de la FNLIJ, et de Marion Loire, attachée du livre pour l’Institut français, que je me suis rendue au Brésil en juin pour assister au Salon du livre de jeunesse organisé par la FNLIJ. Ce salon fêtait sa quinzième année d’existence. En parallèle du Salon, où la plupart des éditeurs brésiliens sont présents, et qui est largement visité par les classes, se tient un rendez-vous professionnel sous la forme de trois journées d’étude.

Acteur incontournable sur le terrain, la FNLIJ mène depuis 1968 un très sérieux travail de valorisation du livre de jeunesse brésilien, en publiant chaque année des sélections de livres, en décernant des prix, en développant des projets autour de la lecture, et en participant à la Foire internationale du livre pour enfants de Bologne, notamment.

15e Salon FNLIJ du livre de jeunesse, Rio de Janeiro.

Entrée du Salon du livre au Palais des congrès SulAmérica.

Elisabeth Serra

Elisabeth Serra (à gauche) lors de son allocution d’ouverture.

Ziraldo

Parmi les nombreux intervenants, Ziraldo, l’un des pionniers du livre de jeunesse contemporain au Brésil, avec son célèbrissime album Flict, jamais traduit en France.

La Flupp

Autre manifestation littéraire : la Flupp (Festa Literária das UPPs/ Fête littéraire post Unités de Police pour la Pacification). Ces toutes nouvelles rencontres littéraires, initiées par Julio Ludemir en 2012, ont lieu une fois par mois et tournent d’une favela de Rio à l’autre. Leur objectif ? Permettre aux habitants des favelas, et tout particulièrement aux jeunes, de rencontrer de grands écrivains.

Le samedi 8 juin 2013, la Flupp recevait Adriana Lisboa qui fait partie de la jeune génération des auteurs brésiliens traduits un peu partout dans le monde (en français, chez Buchet Chastel, Métailié et aux éditions de La Joie de lire). Elle écrit aussi bien pour les adultes que pour les adolescents. Résidant aux États-Unis, de passage à Rio, elle a répondu à l’invitation de la Flupp pour une rencontre publique à la favela de Cantagalo.

Le public de la Flupp ce jour-là ? 60 jeunes adultes, majoritairement des hommes, ce qui peut amuser quand on songe aux rencontres largement féminines dans les bibliothèques françaises… Tous attentifs et avides de mots. La littérature est ici une rencontre de première nécessité. Dans le public également, on remarque quelques policiers très investis dans le projet, car, sans leur présence quotidienne dans les favelas, il n’y aurait pas de place pour un festival de ce genre. Quand la police permet à la littérature d’avoir droit de cité…

Mais le succès de ces rencontres publiques est certainement lié à une articulation très précise : la tenue d’ateliers d’écriture auxquels le public participe. L’investissement est donc double : écrire et lire, être acteur et passeur. La pratique devient une autre manière de s’emparer du livre et de le ré-enchanter.

Adriana Lisboa lors d'une rencontre de la FLUPP, samedi 8 juin 2013.

Adriana Lisboa

Public assistant à la rencontre avec Adriana Lisboa.

2. De nouvelles bibliothèques à Rio de Janeiro

L’État de Rio a lancé un projet de neuf nouvelles bibliothèques, avec pour ambition politique de les installer, pour la plupart, au coeur des favelas pacifiées. Deux bibliothèques sont déjà en fonction : à Manguinhos, depuis 2010, et à Rocinha, depuis 2012. La bibliothèque publique d’État, au coeur de Rio, fait également peau neuve et se dote d’un nouveau bâtiment, de nouvelles fonctions et d’un accroissement de ses collections. Sa réouverture est prévue pour la fin 2013.

Ces bibliothèques publiques ont toutes été conçues pour permettre un accès simple à la culture. Avec des salles de lecture, des espaces multimédias, des studios de musique, des lieux de réunion, éventuellement un théâtre ou une cuisine, ces bibliothèques ressemblent à des centres culturels très complets. Tout est pensé en dynamique et en complémentarité, sans hiérarchie entre les supports (imprimé, numérique, oral) ou les arts (livre, musique, danse…). L’accès égalitaire, sans discrimination, à la culture est un gage de démocratie dans ces quartiers très récemment pacifiés. À Manguinhos comme à Rocinha, offrir aux communautés des équipements de grande qualité s’avère une réussite. En témoignent la large fréquentation, ainsi que l’absence de dégradation ou de vol que craignaient pourtant en tout premier lieu les détracteurs du projet.

Manguinhos

La bibliothèque pilote de ce projet ambitieux s’est ouverte à Manguinhos, en 2010, alors que la favela n’était pas encore tout à fait pacifiée. Et pourtant, comme les bibliothécaires aiment à le souligner, si le parvis devant la bibliothèque était encore le théâtre d’affrontements entre l’État et les cartels, pas une balle n’est venue abimer la façade de la bibliothèque. La conception de la bibliothèque s’inspire de celle de Medellín à Bogota en Colombie.

Salle de lecture

Salle de lecture

Salle de lecture, 1er étage

Salle de lecture, 1er étage

Parvis

Parvis

Rocinha

Rocinha est l’une des plus grandes favelas de Rio, située en bordure, et sur les hauteurs, des beaux quartiers de Gávea, non loin d’Ipanema, au sud de la ville. Sa bibliothèque a ouvert en 2012, au terme de plusieurs années de discussions avec la communauté. Pour fréquenter la bibliothèque et emprunter des livres, nul besoin de s’inscrire. Le pacte est tacite, du moins dans un premier temps, pour permettre une appropriation sans façon. De fait, les enfants l’ont vite adoptée et en sont devenus les meilleurs ambassadeurs à l’extérieur. C’est bien souvent grâce à eux que les adultes osent franchir son seuil.

Bibliothèque de Rocinha, façade sur rue.

Bibliothèque de Rocinha, façade sur rue.

Bibliothèque de Rocinha, rez-de-chaussée, presse et multimédia.

Bibliothèque de Rocinha, rez-de-chaussée, discothèque et filmothèque.

Bibliothèque de Rocinha, dernier étage, salle de lecture.

Bibliothèque de Rocinha, 3e étage, salle de lecture.

Bibliothèque de Rocinha, terrasse.

Bibliothèque de Rocinha, 2e étage, terrasse.

Bibliothèque de Rocinha, rue arrière.

Bibliothèque de Rocinha, rue arrière.

La Bibliothèque publique de l’État de Rio

Dernière étape de ce voyage, cette fois au centre de la ville, avec la visite du chantier de la Bibliothèque publique d’État dont l’ouverture est promise pour la fin 2013. Sur le même principe que les bibliothèques de Manguinhos et Rocinhas, avec des espaces spécifiques (studios de musique, espace multimédia), mais faisant une place plus grande au livre, avec des collections qui pourront se déployer sur de gigantesques plateaux.

Bibliothèque de Rio centre, façade extérieure.

Bibliothèque de Rio centre, façade extérieure.

Bibliothèque de Rio centre, intérieur en chantier.

Bibliothèque de Rio centre, intérieur en chantier.

Bibliothèque de Rio centre, intérieur en chantier.

Bibliothèque de Rio centre, intérieur en chantier.

Bibliothèque de Rio centre, intérieur en chantier.

Bibliothèque de Rio centre, intérieur en chantier.